Interview de Tom Godebout – Projet Sharp

Chaque année, l’engagement des élèves ingénieurs des Arts & Métiers dans des projets d’entrepreneuriat et d’innovation grandit et affirme la place des Gadzarts dans ces secteurs.
Dans ce contexte, nous avons eu le plaisir d’interviewer Tom Godebout (Ch218) présentant son produit Sharp, un aiguiseur de couteau fabriqué à partir de plastique recyclé.

AMJE Paris : Bonjour Tom, merci de répondre à notre interview. Peux-tu te présenter rapidement ?

TG : Je viens du campus de Châlons après une prépa TSI à Richelieu. C’est mon attrait pour la technique qui m’a amené aux Arts et Métiers. En effet, je bricole depuis tout petit et au cours des années, j’ai développé un atelier assez conséquent. J’adore construire des objets utiles ou juste par curiosité. Le fait de partir d’une idée et de la concrétiser derrière est quelque chose de vraiment important pour moi et l’étape cruciale de chaque projet.

AMJE Paris : En quelques mots, peux-tu nous présenter ton dernier projet ?

TG : SHARP, c’est un aiguiseur portable de couteau. L’avantage, c’est qu’on peut le prendre partout avec soi : en aventure sur son sac à dos ou même sur son porte-clefs. En plastique recyclé, il est durable et performant ! En effet, on peut changer le sens de ses plaquettes carbures pour plus de durabilité. Nous utilisons du plastique recyclé car nous le voyons comme une matière première et non un déchet. Nous restons donc ultra compétitifs tout en ayant un objet performant.

AMJE Paris : Comment t'est venue l'idée de développer ce produit?

TG : Nous faisons partie de Precious Plastic qui est un projet de recyclage mondial du plastique. Dans ce cadre, nous avons fabriqué il y a quelques années, des machines pour recycler le plastique. On y compte un broyeur, une extrudeuse et une injection. Nous avions donc tout le nécessaire pour transformer des déchets en objets de valeur. Je travaille beaucoup sur des machines-outils et notamment avec un tour que je possède. J’ai donc utilisé initialement des plaquettes carbures d’outils d’usinage et une imprimante 3D pour faire mes premiers prototypes d’aiguiseurs portables.

Les prototypes étant très satisfaisants, Louis et moi avions envie de réaliser un projet ayant une échelle différente de ceux que nous faisons d’habitude.

AMJE Paris : Tu as mentionné le nom de Louis, peux-tu nous présenter ton équipe ?

TG : Nous ne sommes que deux : Louis Barbe, étudiant en 3e année à Télécom Paris cursus Sophia et moi-même. Nous avons fait notre prépa TSI ensemble. Nous fabriquons des objets  depuis maintenant sept ans. Louis s’occupe en priorité de la stratégie de communication et de mon côté je m’occupe principalement de l’amélioration de la fabrication de l’aiguiseur. Nos rôles ne sont, malgré tout, pas fixes et nous travaillons beaucoup en commun.

AMJE Paris : En quoi ta formation aux Arts et Métiers t'a-t-elle aidé à monter ce projet ?

TG : L’excellence de la formation m’a vraiment permis de développer mon organisation pour avancer dans ce projet. Plus encore, les cours techniques, dont notamment ceux de FAO du campus de Châlons, m’ont grandement aidé à réaliser le programme d’usinage de l’aiguiseur.

AMJE Paris : Quelles ont été les difficultés rencontrées et comment les avez- vous surmontées ?

TG : Le plus complexe a été le passage des prototypes en impressions 3D à l’usinage des moules pour l’injection plastique. J’ai la chance de posséder une fraiseuse CNC pour usiner toutes les pièces et ainsi d’éviter beaucoup d’erreurs. Au départ les aspects légaux de Kickstarter (une cagnotte en ligne qui nous permet de financer notre projet) ont été une difficulté mais nous avons pu rapidement régler ces problèmes et la campagne a été un véritable succès !

AMJE Paris : Un beau projet qui démarre ! Quelles sont vos ambitions pour celui-ci ?

TG : La campagne Kickstarter s’est terminée le 12 décembre et a déjà dépassé son objectif. 10510€ euros récoltés sur un objectif initial de 1000€ au 7 février 2020.

Par la suite, nous aimerions trouver un partenaire qui souhaiterait recycler ses déchets afin de les valoriser. Nous n’avons eu aucun problème avec Louis pour nous organiser et les choses se sont faites de façon très naturelle. D’un point de vue du futur du projet nous avons forcément des angoisses sur les aspects de développement du produit et de sa commercialisation mais nous travaillerons pour dépasser ces difficultés.

AMJE Paris : À coté de ça tu as aussi été consultant à AMJE Paris pour réaliser une étude avec l’entreprise Lynx+. Que t’a apporté cette étude et que conseillerais-tu à un étudiant qui souhaite réaliser une mission pour une Junior-Entreprise ?

TG : L’étude avec Lynx+ est très orientée conception mécanique et recherche de solutions techniques ce qui correspond tout a fait à mon profil ! J’ai pu mettre en application les compétences techniques que m’apporte ma formation aux Arts et Métiers sur un réel projet concret utile pour une entreprise. Au delà de ça c’est avant tout une expérience professionnelle et personnelle qui m’aidera pour sûr dans mon avenir professionnel.

Je dirais simplement à l’étudiant qui hésite qu’il a tout à gagner à s’investir en tant que consultant dans une étude, comme je l’ai déjà dit c’est plus qu’un simple projet stimulant et utile c’est un véritable gain en compétences.

AMJE Paris : Merci pour tout Tom, mais pour clôturer : où te vois-tu dans 5 / 10 ans ?

TG :Très soucieux des projets à conséquences positives, notamment liés à l’environnement et ayant une passion pour la technique, je me vois poursuivre dans cette voie et continuer à proposer des projets comme celui de SHARP. Ce projet est donc une pierre à l’édifice de mon avenir professionnel et il me permet de confirmer encore une fois ma passion pour la fabrication et mon engagement dans le projet Precious Plastic.

AMJE Paris : Pour retrouver le projet SHARP de tom et participer à son succès nous vous invitons à les soutenir directement sur la page Kickstarter du projet.

Leave a comment