Plan de relance et Investissements d’avenir – Ingénieurs, renseignez-vous !

La France a décidé d’agir – les plans de relance et les idées d’investissements fusent pour retrouver la croissance pré-Covid-19.

Voici quelques mises au point sur les deux choix du gouvernement ayant un impact majeur sur l’industrie et sur l’enseignement supérieur : France Relance et le 4e programme d’investissements d’avenir (PIA4).

Plan France Relance – 100 milliards d’euros, pour quoi faire ?

Afin de redresser rapidement et durablement l’économie française, le gouvernement investit 100 milliards d’euros dans le plan France Relance. Trois secteurs sont mis à l’honneur: la compétitivité (34 Md€) , l’écologie (30 Md€) et la cohésion sociale (36 Md€) .

Pour y voir un peu plus clair dans les priorités de l’Etat, le tableau ci-contre regroupe 21 mesures phares pour l’industrie, issues du dossier de presse de France Relance (1) et classées par importance de l’investissement.

Le financement de ces mesures est assuré à hauteur de 40 milliards d’euros par l’Union Européenne dans le cadre du plan de relance européen. Les 60 milliards d’euros restants sont financés quant à eux par la troisième loi de finances rectificatives pour 2020, le projet de loi de finances pour 2021, le projet de loi de financement de la sécurité sociale pour 2021 et par le programme d’investissements d’avenir PIA4. Ces dépenses sont engagées sur 2 ans (2020-2022).

Le Président de la République assure que la dette liée à ce plan de relance ne sera pas remboursée par une hausse des impôts mais par la croissance générée.

Favoriser la croissance à long terme dans le respect de l’environnement – le PIA4

Parallèlement au plan France Relance, le gouvernement a lancé début 2021 le 4e programme d’investissements d’avenir PIA 4, entièrement dédié à l’innovation, la recherche et l’enseignement supérieur. 

Ces 20 milliards d’euros d’investissements sur 5 ans mobilisent 11 millions d’euros pour accompagner le plan France Relance jusqu’en 2022, et seront répartis comme suit :

  • 12.5 milliards d’euros serviront à favoriser l’innovation dite « dirigée ». (2) Il s’agit de financer des filières et technologies émergentes et prioritaires, accélérant leurs phases de développement d’innovations.
    • 4 stratégies nationales sont déjà en cours de recherche :
      •         Le développement de l’hydrogène décarboné
      •         La cybersécurité
      •         Le quantique
      •         L’enseignement et le numérique

 

    • 11 autres domaines sont ouverts à la consultation :
      •         L’alimentation favorable à la santé
      •         Les systèmes agricoles durables et les équipements agricoles contribuant à la transition écologique
      •         Le recyclage et la réincorporation de matériaux recyclés
      •         Les solutions pour des villes durables et résilientes
      •         La décarbonation de l’industrie
      •         Les industries culturelles et créatives françaises
      •         La digitalisation et la décarbonation des mobilités
      •         La santé digitale
      •         La biothérapie et la bioproduction de thérapies innovantes
      •         Les produits biosourcés et les biotechnologies industrielles telles que les carburants durables
      •         La 5G et les futures technologies de réseaux et télécommunications.

 

  • Les 7.5 milliards d’euros restants ont pour but de faire de la France le terreau le plus fertile et attractif d’Europe pour les étudiants, les enseignants, les chercheurs et les entrepreneurs. Concrètement, il s’agit de soutenir l’organisation et le développement de l’enseignement supérieur – les universités de recherche, les laboratoires d’excellence – et des organismes de recherche et d’innovation – les instituts hospitalo-universitaires et les instituts de recherche technologique.

 

Un comité de surveillance des investissements est chargé d’évaluer les résultats de ces programmes d’investissements d’avenir, de conseiller le gouvernement lors de l’identification des nouvelles priorités d’investissements et sur la conduite des politiques d’innovation. Il est constitué de personnalités telles que Patrice Caine, patron de Thalès ou Marie-Noëlle Semeria, directrice R&D chez Total.

L’organisme français de financement et de développement des entreprises Bpifrance, accompagne les starts-up, PME, et ETI françaises dans le cadre de ces financements. Des outils efficaces sont mis en place pour les différents secteurs et selon des modalités variées (3). 

Ainsi Bpifrance gère des fonds dédiés au financement des entreprises pour les aider à structurer leurs financements et encourager l’investissement des actionnaires privés. Bpifrance  investit directement au capital des entreprises et octroie également des crédits, des subventions et des avances récupérables.

Alors, entrepreneurs, industriels, étudiants – en avant pour un monde meilleur!

 

Sources : 

(1) Dossier de Presse France Relance

(2) Dossier de Presse PIA – Conseil de l’Innovation

(3) Programme d’Investissement d’Avenir Bpifrance

Anna DOLGOUCHINE

Chargée de Communication


Leave a comment