teamwork

La diversité au service de la performance

La diversité

Avant d’exposer l’impact de la diversité sur la performance des entreprises, il convient d’abord de comprendre le sens du mot « diversité ».
Le mot diversité, qui vient du latin diversitas, désigne « le caractère de ce qui est varié, différent et se rapporte donc à la variété, à la pluralité ». Cela correspond donc à « l’ensemble des personnes qui diffèrent les unes des autres par leur origine géographique, socioculturelle ou religieuse, leur âge, leur sexe, leur orientation sexuelle…».

Ces critères servent de canevas pour déterminer les catégories de personnes concernées par la gestion de la diversité dans les entreprises. En pratique, les entreprises déterminent le nombre et le choix des critères retenus. Par conséquent, la définition donnée au concept « diversité » sera différente d’une entreprise à l’autre et dépendra de son contexte.

Regard sur notre Junior

Au sein de l’AMJE Paris, nous estimons qu’une équipe n’est performante que si elle sait s’appuyer sur la richesse des différentes opinions. Grâce à la diversité de ses membres, nous pouvons nous assurer une pluralité de manières de penser, qui est nécessaire au bon fonctionnement de l’association.  Ainsi, nous avons mis en place une politique qui favorise l’inclusion de profils variés et la constitution d’équipes plurielles pour les projets que nous réalisons.

En examinant ce défi de manière plus cartésienne, lorsqu’une entreprise possède un équilibre entre les hommes et les femmes dans le leadership, alors la performance financière de cette entreprise est en moyenne supérieure à celle des entreprises similaires dans lesquelles il y a un déséquilibre (source : MEDEF). Ainsi, une croissance plus rapide et une rentabilité améliorée sont bien souvent synonymes de l’équilibre entre les hommes et les femmes de l’équipe. La diversité n’est pas une contrainte, c’est une manière de travailler.

Par ailleurs, notre mandat revendique la plus importante part de femmes (30%) depuis la création de l’association, mais aussi avec environ 40% des intervenants sur nos missions qui sont des femmes. Ces chiffres sont à remettre dans le contexte des Arts et Métiers ou moins de 20% des élèves sont des étudiantes. Nous avons également une mixité géographique importante, car nos membres viennent de toute la France, de Lille à Aix-en-Provence.

L’AMJE Paris n’évolue pas hors sol et se doit d’appréhender et d’agir pleinement dans son écosystème en constante transformation. Ainsi, nous agissons régulièrement au niveau local pour favoriser l’inclusion des femmes via les différentes actions qui sont relayées sur nos réseaux sociaux.

Un engagement qui doit commencer pendant son parcours étudiant, pour ne jamais s’arrêter

Soutenir l’égalité homme-femme, c’est exercer son devoir de mémoire, en souvenir de Nicole Laroche (Li164), première femme Gadzarts et décédée récemment. Elle avait reçu la médaille de bronze de la Société, et s’était engagée activement dans l’association des anciens élèves. Elle a ouvert la porte à de nombreuse femmes qui ont foulé les couloirs de notre école. C’est notamment la promotion de la diversité au sein des établissements d’enseignement supérieur qui permet chaque jour de travailler sur l’égalité dans le monde du travail.

Nicole Laroche (Li164), première femme Gadzarts.

Soutenir l’égalité homme-femme, c’est aussi mettre en avant le profil de femmes inspirantes, qui sont récompensées pour leur engagement. C’est le cas notamment de Valentine Ferréol (Ai192), ancienne présidente du Think Thank G9+ et lauréate du concours « Femmes En Vue » organisé par Voxfemina en 2015 et désormais Program Director chez Capgemini.

Valentine Ferréol (Ai192), ancienne présidente du Think Thank G9+ et lauréate du concours « Femmes En Vue ».

Enfin, et peut être pour briser un stéréotype, les moyens pour soutenir les talents féminins sont diverses :

  • Programmes de développement professionnel, mis en place aux Arts et Métiers avec le mouvement Ingénieure au Féminin
  • Les mesures de protection de la maternité permettent entre autres de faciliter les départs et retours au travail des jeunes mamans
  • Le « flexible working » permet de faciliter l’articulation entre la vie professionnelle et l’exercice des responsabilités familiales.
  • Les formations relatives aux stéréotypes et biais décisionnels pour l’équipe

Et il reste de nombreuses actions à développer pour l’avenir, l’équité n’est pas encore atteinte !

Comments (1)

Solomon

Nov 11, 2019 at 3:43

La Responsabilité Sociétale d’Entreprise (RSE) fait encore figure d’oubliée dans l’univers des Petites et Moyennes Entreprises (PME) françaises. Thématique de la RSE, la gestion de la diversité arrive en tête des préoccupations des dirigeants et managers, notamment dans les grandes entreprises. Cette prise de conscience collective est-elle le signe d’un renouveau des pratiques d’entreprise ou un argument marketing pour des entreprises en quête de légitimité ? Autrement dit, le management de la diversité peut-il être considéré comme une philosophie managériale au service de la performance ? Tel est l’objet de cet article illustré par l’étude de cas d’une PME du Nord de la France.

Reply

Leave a comment